Caramba, el lider maximo, el general Martinez prédit une révolte militaire en 2015 ! (Par Renaud Marie de Brassac)

Caramba, el lider maximo (( « el lider maximo el comandante » surnom donné à Fidel Castro )), el general Martinez prédit une révolte militaire en 2015 !

(Par Renaud Marie de Brassac)

Il y a plus de 5000 généraux en 2ème section. Et, le fait de n’être plus en activité libère leur parole. Ils pensent tous, ou presque, être des penseurs et avoir des idées. Alors,  ils se lâchent en créant des blogs, en commettant des articles sur le site de telle ou telle association de soutien ou d’anciens élèves et en oubliant qu’ils restent soumis au devoir de réserve.

Le discours va toujours dans le même sens.

La France est au bord du gouffre et l’armée n’est plus en mesure de remplir ses missions. La faute aux politiques, bien sûr.

C’est insupportable et la révolte gronde.

Tel est le sens des propos du général Antoine Martinez, président de l’association des officiers de réserve des Pyrénées Orientales publiés dans le bulletin n°49 de l’Union des officiers de réserve de l’Océan Indien (pages 17 à 20), le 8 décembre dernier. On retrouve dans son texte toute la phraséologie déjà maintes fois entendue : le budget militaire n’est qu’une variable d’ajustement ; et les diminutions d’effectifs constituent « une hémorragie insupportable qui pourrait conduire à une réaction dont nul ne peut prédire à ce stade, la nature ». Un golpe (( « Coup » en langue espagnole )), Commandante ?

Des esprits chagrins pourraient y voir une menace adressée au gouvernement. On espère que le général essaye plutôt d’alerter pour prévenir tout problème.

Il tente ensuite d’expliquer les raisons de « ce vent de révolte qui monte ». Ce sont pour résumer : les coupes budgétaires et les déflations d’effectifs. « Les langues se délient aujourd’hui pour dénoncer le comportement des hommes politiques qui considèrent que l’armée est une administration comme une autre ».

Ce que ne précise pas el commandante, c’est d’abord sur quels signes avérés, sur quelles informations sérieuses, il se fonde pour prédire sa lame de fond. De même, quels seraient les militaires susceptibles de se révolter : les généraux ?  Ils attendent tous une étoile supplémentaire, un  avancement dans l’ordre national de la Légion d’honneur ou un job dans le privé. Les militaires de carrière qui comptabilisent patiemment leurs trimestres pour bénéficier d’une retraite bien méritée ? Ou enfin, ceux qui servent sous contrat et qui attendent soit une reconversion, soit une prolongation de leur contrat ?  Le général ne le dit pas. Mais, peut-être ne veut-il pas dénoncer ?

Que des chefs militaires soient insatisfaits de la politique gouvernementale, pourquoi pas ! Il y en a toujours eu. Cela suffit-il à provoquer «  un grand coup de gueule de la Grande Muette, qui semble désormais inévitable ».

Qu’il est doux de refaire le monde sous le soleil de Collioure, un verre de Banyuls à la main.

La révolte annoncée se passe donc essentiellement dans la tête du général et dans celle de certains des membres de l’association qu’il préside. C’est ce qu’on appelle « se monter le bourrichon » ou prendre son délire pour de la réalité. Il n’est même pas sûr que la DPSD (direction de la protection et de la sécurité de  défense) s’y intéresse.

Alors, prenons le pari que fin décembre 2015, on sera toujours en train d’attendre le « grand coup de gueule » comme le lieutenant Drogo attend l’arrivée  de l’ennemi dans « Le désert des Tartares.»

Entre temps, el general Martinez se sera peut-être reconverti dans la voyance sur internet ? Il paraît que ça rapporte.

30/12/2014

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Cet article a 8 commentaires

  1. Anonyme

    Excellent, tous ces généraux qui en activité, ont maintenu le petit doigt sur la couture du pantalon!!!!! Sérieusement mon général vous radotez !!!!!!!

  2. Anonyme

    Il peut toujours aboyer ou vociférer, la caravane continuera ses actions……. Cet article ne mérite même pas de commentaires…….

  3. Anonyme

    Ce monsieur Renaud Marie de Brassac s’autorise un humour facile et approximatif en jouant sur le patronyme du général qui est sa cible du jour.
    Lui qui aime tant dispenser ici ses leçons de morale se serait bien évidemment abstenu si le général avait porté un nom originaire d’outre Méditerranée, de peur de subir les foudres de la bien pensance.
    Monsieur de Brassac, vous êtes lâche et méprisable…

  4. Anonyme

    Le ton méprisant en devient méprisable.
    Ce n’était pas la peine d’en user, en encore moins d’en abuser. La grande muette avait déjà grogné, en 2001. Je me souviens de CHIRAC demandant à JOSPIN de preter une oreille attentive aux forces armées. Puis des témoignages anonymes, des vidéos floutées.. J’ai même discuté avec un pilote d’hélico qui parlait de 2 hélicos inaptes au vol sur 4, dont un servait pour les pièces détachées.
    Qui ralent?? je ne sais pas.. peut être ceux qui, à cause d’un logiciel de merde se font saisir la maison alors qu’ils sont au combat à l’autre bout du monde, non??
    M de BRASSAC, vous avez tout faux!

  5. Anonyme

    Ces généraux ont participé au fiasco et ils emprofitent encore du système alors ils ne méritent aucun soutien. On devrait meme pas parler d’eux à moins qu’ils sont d’accord pour q’on fasse des économies par le hauts c est à dire à commencer par la suppression de leur statut

  6. Anonyme

    Bonsoir mon général, TROP TARD ! C’est trop tard, ce n’est pas maintenant, alors que vous avez profité et profitez encore du système qu’il faut lancer des choses comme ça. Auprès de qui avez-vous fait VOTRE sondage ? Nous sommes des militaires avec un statut accepté au début, alors pitié, ne crachez pas dans la soupe alors qu’elle est bonne, voire si bonne, surtout pour vous. Il est vrai que tout n’est pas rose, je pense à Louvois, au matériel, au manque de temps pour l’entraînement (il n’ y a pas que le temps qui manque d’ailleurs) mais au moins nous faisons un travail que l’on a choisi et que l’on aime. Moi qui suis encore d’active, je n’ai pas envie d’être « défendu » par des gens comme vous. Je préfère attendre que mes chefs me défendent car (je suis un grand naïf) j’ai confiance. Notre armée, on l’aime ou on la quitte. Ce que vous avez fait avec vos deux pin’s pour ensuite critiquer vos remplaçants. TROP FACILE, euh non TROP TARD !

  7. Anonyme

    Je suis d’accord avec le commentaire ci-dessus qui dit :
     » Ce monsieur Renaud Marie de Brassac s’autorise un humour facile et approximatif »
    Les événements de la PRISE D’OTAGES DU 9 janvier 2015 donnent raison à certaines analyses du Général Martinez que je connais bien pour avoir travaillé avec lui quand il commandait la Base aérienne de Rochefort sur mer
    Je remarque que la majorité des articles de ce site font des critiques destructives au lieu de faire des critiques constructives qui feraient avancer le débat. Ce n’est pas de la bonne information

  8. Fenec

    Les observations formulées par Renaud Marie de Brassac sont très pertinentes. Le général Martinez ne démontre rien et ne prouve rien. Où est la révolte de l’armée? le GIGN a démontré hier qu’il était très bien entraîné et commandé et l’armée française engagée dans les opérations extérieures remplit ses missions en faisant honneur à la France. Il faut arrêter de raconter des sornettes! Que ce brave général publie ses sources prouvant que l’armée est au bord de la révolte. Jusqu’à présent, Monsieur Renaud Marie de Brassac n’a jamais été pris en défaut et ses écrits reposent toujours sur des faits précis.Que Martinez en fasse de même et après on pourra discuter sereinement!

Les commentaires sont fermés.

À lire également