Avis de vacance d’un poste d’expert de haut niveau en technologies numériques à l’Observatoire national des sciences et technologies de la sécurité (ONSTS) au sein de la gendarmerie nationale

Avis de vacance d’un poste d’expert de haut niveau en technologies numériques à l’Observatoire national des sciences et technologies de la sécurité (ONSTS) au sein de la gendarmerie nationale

Un poste d’expert de haut niveau en technologies numériques, chargé du management de projets et de dossiers à caractère scientifique, est susceptible d’être vacant au sein de l’Observatoire national des sciences et technologies de la sécurité (ONSTS), basé au PJGN, à Pontoise (95).
Ce poste est ouvert aux candidats titulaires d’un diplôme de niveau Bac+5, dans le domaine des sciences et des technologies du numérique.

Intérêt du poste

L’Observatoire national des sciences et des technologies de la sécurité (ONSTS), créé par l’arrêté ministériel du 10 octobre 2017, organise les échanges entre la gendarmerie nationale et ses partenaires scientifiques en matière de recherche académique et de technologies de rupture, d’innovations développées par la gendarmerie et d’évaluation de la menace. Hébergé à Pontoise par le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN), il bénéficie d’un environnement propre aux échanges scientifiques de haut niveau avec l’université de Cergy-Pontoise et de grands centres industriels de recherche.
L’ONSTS rapporte au conseil scientifique de la gendarmerie nationale. Sa gouvernance est assurée par un conseil d’orientation des travaux présidé par le commandant du PJGN et par une personnalité extérieure.
L’ONSTS est conçu comme une plate-forme collaborative d’échanges, articulée autour de ses trois pôles :

– le pôle « Recherche scientifique et académique » a pour mission d’organiser les échanges sur la recherche académique (doctorats, mastères) ; il est piloté par le centre de recherche de l’école des officiers de gendarmerie (CREOGN) ;
– le pôle « Gend’Lab » a pour objectif principal de produire un livrable (application informatique, objet…) ou d’imaginer des concepts à développer dans le cadre d’ateliers d’idéation en croisant les besoins avec les compétences internes ou détenues dans l’administration, le monde de la recherche et le secteur privé. Il réunit autour d’une thématique des innovateurs internes et externes ainsi que des opérationnels ; il est piloté par l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) ;
– le pôle « Analyse » évalue la menace liée à l’utilisation malveillante des sciences et des technologies. Il s’appuie sur un réseau de partenaires scientifiques, industriels et institutionnels. Il organise et exploite des éléments recueillis sur le terrain sur l’utilisation malveillante des technologies ; il est piloté par le service central de renseignement criminel de la gendarmerie nationale (SCRCGN).

Missions et activités

Sous l’autorité des deux co-présidents du conseil d’orientation de l’ONSTS, en coordination avec le secrétaire général de l’ONSTS et en lien étroit avec le chargé de mission « préparation de l’avenir » de la direction des opérations et de l’emploi (DOE), le chargé de projet, expert en technologies numériques, accompagne l’observatoire dans la réalisation de ses missions (arrêté ministériel du 10 octobre 2017), en lui apportant une vision actualisée et anticipatrice des évolutions scientifiques et technologiques, notamment en matière d’innovation numérique.
A ce titre, il a plus particulièrement pour missions, auprès des pôles de l’observatoire et, sur décision du conseil d’orientation de l’ONSTS, auprès des directeurs de programme et des OCO (Officiers de cohérence opérationnelle) :

– de contribuer à la maîtrise d’ouvrage de leurs projets. Il participe ainsi à la constitution d’une équipe de projet, la définition du besoin, la rédaction de la spécification technique du besoin en lien avec les opérationnels, l’établissement du calendrier et du budget pour l’opération, en s’assurant de leur respect et de la satisfaction des opérationnels par son action sur la maîtrise d’œuvre et l’équipe de projet ;
– de contribuer à la conduite d’études capacitaires sur des sujets précis à caractère technologique et/ou scientifique essentiellement dans le domaine du numérique, la réalisation de benchmarking ou de la veille technologique, l’analyse de sujets technologiques en lien avec les établissements publics avec lesquels la gendarmerie nationale a engagé des partenariats (ONERA, CEA, CNRS) ;
– d’identifier, en lien avec le bureau des financements européens, les fonds pouvant être exploités dans les projets et programmes ou aux fins de R&D en cohérence avec les orientations capacitaires ;
– de définir la préparation et la conduite des expérimentations de concept à caractère technique et opérationnel « terrain » en lien avec les unités opérationnelles, l’industrie et la DOE.

Compétences requises

Le candidat devra :

– être titulaire d’un diplôme de niveau Bac+5, master ou titre d’ingénieur, en sciences et technologies du numérique ;
– disposer d’une culture scientifique avérée ;
– avoir une aptitude confirmée au suivi de réunions ;
– faire preuve d’une capacité de rédaction et de synthèse ;
– avoir le sens de l’organisation ;
– faire preuve de rigueur et de polyvalence dans le suivi des dossiers ;
– maîtriser la langue anglaise ;
– faire preuve d’une capacité à travailler en équipe et avoir le sens du contact humain ;
– faire preuve d’ouverture d’esprit.

Statut – Environnement

Le candidat sera recruté en qualité d’officier commissionné rattaché au corps des officiers de gendarmerie. Contractuel dans la limite de dix-sept ans de services, il se verra proposer un contrat initial de trois ans, assorti d’une période probatoire de six mois, au grade capitaine.
Le statut de militaire commissionné est précisé par :

– l’article L. 4132-10 du code de la défense ;
– le décret n° 2008-946 du 12 septembre 2008 modifié portant statut particulier du corps des officiers de la gendarmerie nationale ;
– le décret n° 2008-959 du 12 septembre 2008 modifié relatif aux militaires commissionnés ;
– l’arrêté du 21 janvier 2011 modifié fixant la liste des emplois d’officiers et de sous-officiers commissionnés recrutés au titre de l’article L. 4132-10 du code de la défense au sein de la gendarmerie nationale.

Les fonctions exercées au sein de la gendarmerie nationale par un officier de gendarmerie, requièrent de disposer des qualités fondamentales de l’état militaire : neutralité et devoir de réserve, très haute moralité, disponibilité, adaptabilité, loyauté, sens élevé du service.

Personne à contacter

Les candidatures, accompagnées d’une lettre de motivation et d’un curriculum vitae détaillé, sont à adresser dans un délai de trente jours à compter de la date de publication du présent avis au capitaine Cyril PIOTROWICZ, secrétaire général de l’observatoire, à l’adresse suivante :
cyril.piotrowicz@gendarmerie.interieur.gouv.fr ;
onsts@gendarmerie.interieur.gouv.fr.

Source : JORF n°0053 du 3 mars 2021
Texte n° 108

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

À lire également