La majore e.r Annie Romerio nous a quittés. (Par Jacques Bessy, président de l’Adefdromil – Aide aux victimes)

La majore e.r Annie Romerio nous a quittés.

Par Jacques Bessy, président de l’Adefdromil – Aide aux victimes

Annie Romerio, a été membre du Conseil d’Administration de l’Adefdromil et conseillère du président pendant de nombreuses années.

Elle est décédée le vendredi 24 janvier 2020 lors d’une intervention chirurgicale à Limoges où elle passait sa retraite, dans sa région d’origine.

D’ascendance italienne, dont elle était naturellement fière, Annie Romerio est née en 1935 à Confolens (Charente). 

Elle s’engage au titre de l’Armée de terre en 1957. En 1958, elle intègre l’Ecole du personnel féminin de l’armée de terre à Dieppe.

Elle débute sa carrière de 1958 à 1961 à la revue de Défense Nationale à l’Ecole Militaire à Paris. 

De 1961 à 1964, elle est affectée en Algérie dans les EMSI (équipes médico-sociales itinérantes) et à l’Etat-major de La Reghaîa. 

De 1964 à 1965, elle sert à l’Etat-major des Forces Françaises en Allemagne. 

De 1965 à 1969, elle retrouve l’Ecole militaire et la revue de la défense nationale.

De 1969 à 1971, elle est affectée à la Mission militaire de coopération technique au Maroc.

Elle est ensuite mutée, de 1971 à 1973, au Service Central d’étude et de recherche sur l’habillement (SCERH) à Saint Cloud.

Elle est mise à disposition du Secrétariat d’Etat de l’Education Nationale à Paris de 1973 à 1974, puis de 1974 à 1977 au Cabinet civil et militaire du Secrétariat d’Etat aux DOM-TOM. 

De 1977 à 1981, elle est affectée à l’Ambassade de France aux Pays Bas, à La Haye.  

A son retour, elle sert de 1981 à 1982 à l’Etat-major de l’Armée de terre – division logistique – section intendance à Paris.

De 1982 à 1984, elle est affectée au cabinet du ministre de la défense Charles Hernu, à la cellule des affaires internationales, puis de 1984 à 1990, en qualité d’assistante de direction, puis de chef du secrétariat de la sous-direction des bureaux du cabinet (SDBC), dans les cabinets des ministres de la défense Paul Quilès, André Giraud, Jean-Pierre Chevènement. 

Elle quitte les armées en 1990 avec le grade de major.

Elle collabore ensuite à La Tribune des sous-officiers, journal aujourd’hui disparu et adhère à l’Adefdromil peu de temps après sa fondation par le capitaine Michel Bavoil en 2001.

Elle était chevalier de l’ordre national du Mérite, titulaire de la médaille militaire, décorée de la croix de la valeur militaire avec étoile d’argent – décoration obtenue grâce à son engagement dans les opérations de rapatriement des harkis et de leurs familles.

***

Son expérience, ses immenses connaissances des rouages du ministère, son intelligence et son engagement déterminé et infatigable dans la défense des droits des militaires, lui valaient la considération et le respect des dirigeants de l’association. Il en est de même de la part des femmes et des hommes qu’elle avait côtoyés comme collaboratrice ou camarade pendant sa longue et riche carrière.

Les membres du conseil d’administration expriment leur profonde tristesse et présentent leurs sincères condoléances à sa famille.

 

Annie Romerio https://www.adefdromil.org/wp-content/uploads/2015/06/article_4620-1-1.pdf

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Cet article a 1 commentaire

  1. Anonyme

    Quel joli prénom et quel beau nom remplis de soleil !
    Toute ma gratitude à nos aînés qui se sont engagés pour améliorer notre vie sociale.
    Merci à Madame Annie Romerio pour le travail accompli ; et pour ce témoignage qui nous éclaire et lui rend hommage.

    Ex-militaire.

Les commentaires sont fermés.

À lire également