Les citoyens n’ont pas accès au Bulletin Officiel des Armées depuis juillet 2019.

En 2016, l’Adefdromil avait déjà alerté sur l’impossibilité des citoyens d’accéder au bulletin Officiel des Armées, en violation des obligations légales de l’Etat à l’égard des citoyens
(https://www.adefdromil.org/41757) (1)

Après de nombreux mois de « pannes », le BO était redevenu consultable.

Mais patatras, depuis juillet 2019, seuls les détenteurs d’une adresse courriel sur le réseau interne aux armées Intradef, peuvent accéder aux textes publiés.

Ce grave dysfonctionnement viole l’obligation de transparence due aux citoyens ; et met en cause la valeur juridique des textes publiés, qui n’étant pas accessibles à tous ne sont plus opposables, voire caducs.

Cette situation n’a pas échappé au député Cornut-Gentille qui a posé une question n°22836 à la ministre des armées (https://www.adefdromil.org/54300). Depuis la date de sa publication, le 17 septembre 2019, c’est silence radio.

Bien sûr, cette situation n’impacte pas ou peu individuellement les militaires, anciens militaires, réservistes et toute personne intéressée, contrairement au problème Louvois.

Mais à l’heure où on nous rebat les oreilles avec les cybermenaces et tutti quanti, il est inadmissible que le ministère des armées soit incapable de satisfaire à ses obligations de transparence, contrairement, par exemple au ministère de l’intérieur.

Il ne s’agit plus de pérorer sur Barkhane, ou sur la mort cérébrale de l’OTAN. Il s’agit de faire en sorte que le ministère satisfasse à ses obligations étatiques et citoyennes. C’est le minimum
qu’on puisse exiger dans une démocratie même médiocre comme la France.

Reprenons notre conclusion de juin 2016 : « Quelle explication vaseuse va-t-on nous servir ?

Faudra t-il faire remonter l’info jusqu’au Chef suprême pour que la connexion soit rétablie ?

Qui contrôle qui ?

Décidément, ce pays va mal. »

Bref, rien n’a changé depuis 2016 !

Dans les armées, on utilise à tort des expressions triviales pour signifier qu’il faut réagir promptement.

Nous nous contenterons de dire simplement : mais faites quelque chose Madame la ministre, c’est votre ministère !

Surprenez nous !

.

(1) Depuis fin juin 2016 le BO des armées n’est plus accessible: https://www.adefdromil.org/wp-content/uploads/2015/06/article_4620-1-1.pdf

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

À lire également